AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 catfish. (soan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 12:35


©️ FYROMOLAGARAI.

SOAN ROSE
They used to tank cod from Alaska all the way to China. They'd keep them in vats in the ship. By the time the codfish reached China, the flesh was mush and tasteless. So this guy came up with the idea that if you put these cods in these big vats, put some catfish in with them and the catfish will keep the cod agile. And there are those people who are catfish in life. And they keep you on your toes. They keep you guessing, they keep you thinking, they keep you fresh. And I thank god for the catfish because we would be droll, boring and dull if we didn't have somebody nipping at our fin.

AGE › dix-neuf misérables petites années. l'enfance se dissout et la vie d'adulte prend lentement le dessus. maman et papa ne sont plus là pour leur unique enfant. c'est terminé, le temps des années-bonheur. DATE ET LIEU DE NAISSANCE › st mary's, un treize novembre, en 1994. depuis, il n'y a pas bougé, comme enraciné et pris au piège. NATIONALITÉ › anglaise. ÉTAT CIVIL › en couple, dans la logique. soan n'est qu'un imposteur. OCCUPATION › employé maladroit dans une pépinière pour payer sa formation de prothésiste ongulaire. on le voit souvent, campé sur ses talons hauts, les ongles faits et le maquillage collé aux paupières. c'est une beauté contemporaine. GROUPE › seagull.

⚓ raise the sail.
Il s'agit ici de donner des réponses relativement développées à ces questions. Vous pouvez rédiger les réponses à la première ou à la troisième personne, c'est comme bon vous semble. N'hésitez pas à vous appuyer sur ces réponses par la suite, lors de l'élaboration de liens ou même dans vos sujets.

Depuis quand vivez-vous sur St Mary's ? St Mary's l'a vu grandir. Elle était là, pour toutes ses premières fois. La liste est longue : premiers pas, premiers mots, premier baiser avec une fille, premier baiser avec un garçon, première cigarette, première histoire, premier chagrin d'amour, premier message avec Rafael, premier boulot, premier appartement. St Mary's, c'est un peu comme une seconde mère, elle est là, tout autour de lui, à l'accompagner et le blottir dans un recoin de ses terres. Elle ne partira jamais, elle, au moins. Mais comme tout enfant, Soan n'en peut plus de sa douce mère. Il regarde ailleurs, les pupilles imprégnés d'étoiles. Un jour ou l'autre, on le verra prendre ses affaires et quitter le nid. Ce jour là, on sait aussi qu'il sera trop tard ; il ne reviendra plus jamais.
Pourquoi vivez-vous sur l'île ? C'est simple : la vie ne lui a pas laissé le choix. Elle lui a dit 'tu vis là, tu grandis là, tu es coincé, pris au piège. À toi de trouver la sortie mais en attendant, trouve-toi une place dans ce micro-monde.' Et c'est ce qu'il a fait, l'enfant-paillettes. Il a vécu, malgré ses envies d'évasion. Depuis, Soan est accroché à la vie. La mort lui vient comme une horreur. S'il vit ici, ce n'est que par manque de moyens. Son seul rêve est d'en partir un jour, enfin.
Appréciez-vous votre quotidien ici ? Les pieds dans l'eau et le cœur en bataille. Le vent humide caresse ses cheveux sous le chant des vagues. Ses yeux se ferment alors qu'il laisse son corps s'évanouir dans les vagues. Partir vers le large, se dissoudre, découvrir de nouveaux paysages. Soan, il est comme ça, la tête pleine de rêves. Il aimerait partir, parfois,  ne plus jamais revenir et oublier toute sa vie. Tirer un trait, comme ça, sur Rafael et ses parents. C'est une poussière qui ne se sent jamais à sa place, nulle part. Il n'en peut plus de cette île et des gens qu'elle abrite. Il a envie d'autre chose, d'ailleurs, de plus grand, de plus beau. Naïf, le gamin ose croire que de l'autre côté de la mer, les gens sont différents. Il s'imagine un grand garçon qui l'attend sur la rive. Un grand garçon, spécialement naît pour ça : l'attendre et l'accueillir dans ses bras protecteurs.
Soupir, un courant froid l'emporte un peu plus loin. Lorsque Soan se retourne, l'île semble plus petite, trop lointaine. La panique naît au fond de ses tripes. Maman et Papa finiront par s'inquiéter. Rafael attendra ses messages, en viendra peut-être même à le détester.
Allez, on range la douleur et on nage jusqu'au sable. C'est comme ça que ça se passe, Soan.
Quelle est votre place parmi les habitants ? Soan, Soan, Soan … Soan. Toutes les filles le connaissent, par ici. Soan, c'est la petite perle des demoiselles. On le voit souvent marcher dans les rues, bras dessus, bras dessous avec l'une d'entre elles. Que ce soit Marie ou Sophia, leur sourire témoigne bien de leur affection. Elles le connaissent pour les ongles ou pour son excentricité magnétique. Même les mères de famille commencent à l'apprécier. Elles le voient défiler dans les salons, à étaler son art et sa générosité.
Soan, c'est un petit bout d'amour un peu trop souriant. On ne peut pas passer à côté de lui sans le remarquer. Les garçons le pointent du doigt mais les filles s'y accrochent. Il est leur poupée, leur meilleur ami, l'acidité manquante à leur vie. Certains disent qu'il possède un aura de sympathie aussi unique que lui.
Quels lieux aimez-vous fréquenter ? Il y a d'abord la plage, pour laisser place aux rêves et au voyage. Cette douce plage avec vue sur le monde. Mais Soan, il sait aussi bien que les talons n'aiment pas le sable. Alors, fier et lumineux, sa carcasse traîne dans les boîtes de nuit et les rues parfois malfamées. Il ne se rend pas compte, non, du danger parfois présent tout autour de lui. Sa jeunesse l'oblige à boire quelques verres et donner son corps au premier garçon bien trop beau pour lui. Une fois la semaine de travail passée, c'est là-bas qu'il se rend pour oublier son mensonge et Rafael. Légère transpiration, son corps se perd dans la foule entraînée par une musique qui vous fait battre le cœur beaucoup trop vite. L'oiseau de nid y perd quelques ailes mais ne peut s'empêcher d'y retourner. Les chagrins d'amour sont les meilleurs pour vous prouver à quel point vous êtes vivants.

⚓ shores of lunacy.

Il y a trois ans.
Un nouveau message.
C'est comme ça que la mélodie du cœur commence 'un nouveau message' et rien de plus. Le cœur bat, un sourire s'empare de mes lèvres. Et depuis, impossible de m'en défaire. Il prend possession de ma vie lorsque le téléphone vibre. Je sens mon âme s'embraser et les sentiments prendre du terrain. C'est incontrôlable, écrit dans mes veines et dans mes yeux.
RAFAEL.
Il est là, partout, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Physiquement la journée, mentalement le soir. Deux écrans d'ordinateurs et quelques kilomètres nous séparent. J'ai été le premier à lui dire, pourtant. Ça m'a pris au moins une heure. Les doigts tremblaient au dessus des touches. J'ai du boire trois ou quatre Martini pour me convaincre de le faire. C'est venu comme ça, alors que je venais de lui souhaiter bonne nuit. Je m'en souviens exactement, comme si tout venait de se passer. J'ai les mains moites à y penser.
« Je t'aime, Rafael. » Et c'est pas des conneries. Je le sais, je le ressens à chaque fois. Je t'aime, depuis trois ans, qu'importe la distance et l'absence de contact.
J'étais mort de trouille, j'avais envie de m'écraser la tête contre un mur, pour oublier toute cette histoire. Je savais qu'il allait m'envoyer voir ailleurs. J'ai même pas osé lire sa réponse de suite. Comme un gosse, j'appréhendais. Je me suis couché et j'ai essayé de fermer l'oeil. Ça n'a pas marché. C'est à quatre quarante deux minutes que je me suis décidé à attraper ce fichu téléphone. Il était toujours là.

Il est toujours là, d'ailleurs, Rafael.
C'est pour lui que j'ai repris goût à la vie. Parce qu'à la base, j'étais juste un pauvre gamin, d'à peine un mètre soixante cinq de haut. J'étais si petit qu'on aurait pu m'écraser dans une foule de métro. J'osais à peine élever la voix. Ils étaient tous là, avec leurs grands yeux et leurs ambitions, à me fixer. Papa se moquait de moi, sans cesse. Il avait ce sourire un peu dégueulasse, celui que je ne supporte plus sur qui que ce soit ; ce sourire qui vous rabaisse sans avoir à user des mots. Même à table, je regardais mes petits pois rouler dans mon assiette sans oser les avaler de peur qu'il me critique sur ma façon de les manger un par un.  C'était invivable. Je ne le détestais pas mais je mourais à l'idée de le décevoir un peu plus chaque jour.
Le déménagement, c'est maman qui l'a décidé. (c'est aussi grâce à elle si j'ai trouvé ce fichu boulot dans cette pépinière). J'avais envie de lui dire, moi, de ma voix cassée et fragile : c'est bon, laisse-moi sur le bord de la route, j'en ai marre. J'en veux plus de tes gentillesses. Quoi que non.
Allez Maman, ramène-moi à la maison. J'ai peur. Je vais faire une connerie.
Je me suis accroché à son gilet, ça n'a pas suffit. La porte de la voiture s'est refermée. J'ai à peine osé monter les escaliers. J'ai voulu faire demi-tour, aussi. C'était trop tard. Elle était là, la vipère souriante. Elle avait de belles dents. La colocataire.
Je voulais quand même partir. Je l'avais déjà décidé dans ma tête, quitte à mourir sous un pont.
Mais.
Un nouveau message.
Le cœur s'emballe et la symphonie recommence, de plus belle. Si je vais sous un pont, je n'aurais plus d'abonnement téléphonique et ce sera la fin des messages. S'ils s'arrêtent, c'est tout le reste qui part en vrille. Si je n'écris plus à Rafael, j'arrête de manger, j'arrête de me lever, j'arrête ma formation, j'arrête tout et je disparais dans la cuvette de nos toilettes, la tête la première.

On peut pas se débarrasser de trois ans de mots comme ça. Parce que si on fait en chiffres (la société moderne aime les chiffres) ça donnerait quelque chose d'énorme. Une centaine de messages par jour. Ça fait plus de 36500 messages par an. Une moyenne de 109500 échanges en trois ans.
109500, tu te rends compte ? C'est énorme.
Indescriptible. Un grand amour, le vrai. Le genre de choses qui s'arrête pas seulement au physique. Non, c'est plus profond, plus intense.

Ça le serait encore plus si j'avais su arrêter ce processus bidon. Si je lui avais directement, à Rafael 'salut moi c'est Soan, je suis un pauvre gars désespéré. Je suis tombé amoureux de toi et tes photos. Ça te dit de parler au gay du coin ?'. Non, c'était juste pas possible. Alors, j'ai continué, naïf et égoïste. J'ai laissé les messages défiler, le lien prendre toute la place dans nos têtes. Je me suis accroché à lui comme s'il ne restait plus rien tout autour de moi. Même pas Maman, à prier pour le futur de son fils. Même pas Papa, trop occupé à pleurer son enfant unique, pédale. Ce doit être pour ça qu'il a commencé à boire lorsque j'avais huit ans. Je devais déjà le porter sur la gueule, écrit bien en gros, pour que personne le rate 'sodomite'. Ils avaient oublié d'écrire en dessous, en plus petit mais en rouge 'menteur'. Parce que Rafael, il n'est pas en couple avec cette foutue Salome. Cette fille, elle n'existe même pas. Ce n'est que moi, pauvre garçon incapable de tout avouer. Je suis là, les ongles vernis de rose, à lui répondre silencieusement des mots amoureux.

Le gamin de dix-neuf qui rêverait de devenir une fille, c'est moi.
Le menteur amoureux, ça aussi, c'est moi.
Seulement moi.
Je suis désolé.


⚓ the great escape.
PSEUDO/PRÉNOM › caliban.
PRÉSENTATION PERSONNELLE › pas grand chose à dire si c'n'est que je suis fan de catfish (ça explique un peu le titre et l'perso Arrow). j'vis dans le sud de la france et j'ai dix-neuf ans. puis j'sais pas me présenter alors on va préserver le mystère. Laughing
AVATAR › Maxwell Runko
MOT DE LA FIN › je suis un imposteur.


Dernière édition par Soan Rose le Jeu 27 Nov - 2:47, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 12:37

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH     
Bienvenue ici !
Magnifique, juste sublime avatar  

Et j'ai vraiment hâte de voir la suite de ta fiche, la début m'intrigue <3

Edit : et c'est juste magnifiquement bien écrit, j'adore   


Dernière édition par Rozen Williams le Sam 29 Mar - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 12:42

Je suis fan.
Bienvenue   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 12:55

Bienvenue!   (moi aussi chui sous le charme!  I love you )
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 225
Date d'inscription : 30/10/2013
Pseudo :
Multicomptes :
Crédits : laurachou
Âge :
Adresse :
Occupation :
Réputation :


MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 13:24

Rahhh ce début de fiche, c'est magnifiquement bien écrit, je suis complètement sous le charme moi aussi. Bienvenue parmi nous, bonne continuation pour cette belle fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lajetee.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 15:45

Je me joins aux autres, très beau début de fiche   
Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 17:26

mais quelle fiche, quels mots.
et ce personnage, inspiré de catfish, ça ne pouvait qu'être beau I love you
bienvenue parmi nous, amandine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Sam 29 Mar - 23:13

t'es beau comme tes mots   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Dim 30 Mar - 11:37

bienvenue !  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Dim 30 Mar - 17:08

merci tout le monde, vos compliments font vraiment plaisir.  I love you j'me dépêche.   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catfish. (soan)   Lun 31 Mar - 19:52

J'adore le personnage et le lien, et puis comme je l'ai déjà dit, ta façon d'écrire  Je te valide donc évidemment ! Bon jeu parmi nous  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: catfish. (soan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

catfish. (soan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la jetée :: AN AWESOME WAVE :: Fiches validées-