AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 today I moved everything from the floor to the table in the dining room.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 20:00


© bad.blood.

BLYTHE MONROE OSBORNE
when you’re sitting in the living room reading for the afternoon, do you put your book down look and try to find me there?

AGE › vingt-et-une années d’errance. DATE ET LIEU DE NAISSANCE › il est né le dix-huit avril dix-neuf-cent quatre-vingt-douze, à ipswich en angleterre. NATIONALITÉ › anglaise. ÉTAT CIVIL › il est amoureux. Il souffre de l’admettre, préférant occuper la plupart de son temps à aller voir ailleurs plutôt que d’être avec son amant. OCCUPATION › du glandage, généralement. GROUPE › seagull

⚓ raise the sail.
Il s'agit ici de donner des réponses relativement développées à ces questions. Vous pouvez rédiger les réponses à la première ou à la troisième personne, c'est comme bon vous semble. N'hésitez pas à vous appuyer sur ces réponses par la suite, lors de l'élaboration de liens ou même dans vos sujets.

Depuis quand vivez-vous sur St Mary's ? Depuis un peu plus de deux ans. Un peu plus de deux ans que tu le suis ici. Un bon bout de temps, quand on regarde bien. Un bon moment, que tu tiens là, au creux de ses bras.
Pourquoi vivez-vous sur l'île ? Par erreur, probablement. En dérivant, de soirée en soirée, pour te retrouver dans les bras d’un tatoué. De ce tatoué-là, malgré toi. Au final, tu n’y crois pas, pas du tout, que tu te retrouves à ce stade-là. Avec lui, et dans ses draps.
Appréciez-vous votre quotidien ici ? Tu te plais à te dire qu’un jour, tu vas partir. Que tu vas retrouver une fête, te retrouver dans un coin que tu ne connais pas, te faire embarquer au loin. Tu aimerais partir, te dire que tu n’y es pas attaché, à ton tatoué. Bouger ailleurs, plutôt que de rester vautré dans le canapé.
Quelle est votre place parmi les habitants ? Peut-être qu’on a entendu parler de toi. Probablement. Peut-être pas en bien, tu l’ignores. Tu imagines bien que les autres peuvent conter des choses, que Cassandre raconte, parfois. Tu ne sais pas, et tu n’as pas envie de savoir. Tu te dis que tout est mérité. Qu’il n’a qu’à pas venir pleurnicher, auprès de toi ou des autres. Et alors, peut-être que les choses auraient un peu changé.
Quels lieux aimez-vous fréquenter ? Le canapé de Cassandre, dans un premier temps. Canapé que tu squattes la plupart du temps, lorsque tu n’es pas décidé à traîner ailleurs, ou au bord de la mer. Tu aimes bien ça, la mer. Sentir les embruns sur ton visage, et avoir l’impression de t’en aller. Loin de là, en te faisant oublier.


⚓ shores of lunacy.

tell me who is to blame.

Il y a quelque chose d’irréel à l’enfance. Le début de notre existence. Ce commencement respire d’insouciance. Peut-être est-ce de là que provient la faille. A les entendre. A les voir se battre. Et, dans ta tête, la chose s’installe lentement. Une femme, s’est fait pour être frappée. Une pédale, c’est fait pour être tabassé. Tu as le droit de prendre part à la violence pour les calmer, mais tu n’es pas toujours obligé. Passionnante particularité. Perfection désirée oblige. Tu observes, sans toujours savoir quand prendre position. Tu aimerais doucement soupirer. Expier la vie qui s’infiltre dans tes poumons. Fatigué, dès l’enfance, de devoir t’accrocher à des rêves brisés. Tu refuses de te laisser abattre. Alors, tu débutes. Tu t’enlises dans une tonne de conneries. Joueur découvreur. Tu profites de tes quelques isolations pour ériger des plans contre cette maudite société. Tu observes, silencieux, le monde déchaîné dans lequel tu es tombé. Tu notes. Maître observateur. Tu t’approches. Faon effrayé. Faux-cul. Et tu uses de ton air de petit ange décharné. Tu t’aventures auprès de ces demoiselles, d’une fausse démarche craintive, dans l’espéré espoir d’être câliné. Tu t’es même improvisé fanfaron. Tapageur au bonheur de ces dames. Ne manquant que rarement les occasions de frapper. Pour entraîner ton corps à violenter. Pour sentir leurs mains douces se presser contre ton visage. L’enfant roi de la cour de récré. Tu as su comprendre le principe de cette existence déstructurée. Enfant roi. Seigneur improvisé. Tu te plais à t’imaginer de la sorte. Au fil des années, tes jeux ont évolué. Ils ont grandi, de même que ton corps amaigri. Tu t’es prêté à de nouvelles folies. Sans jamais manquer une occasion pour te faire remarquer. Pour te faire chouchouter. Et, silencieusement, tu as compris que la vie n’avait guère plus de sens que ce rêve d’enfant brisé. C’est que tu caches à la perfection tes peines. La honte. La déchéance. La familiale ambiance. Le cauchemar à la maison. Tu as fui. Tu t’es enfui, squattant dès que tu en avais l’occasion. Tu as enfermé chacun de tes secrets d’enfant brisé dans une boite scellée. Et tu as fait semblant d’oublier. Tu t’es noyé dans les substances déconseillées. Tu t’es occupé à vivre une adolescence d’ignoré. Perdu au beau milieu des corps déchirés. Et tu t’es aventuré auprès de ces êtres féminisés. La beauté d’une existence oubliée. Sans une once de passivité. Sans t’accorder le droit de souffler. Et tu bouges ton corps sur les remix déstructurés.



Yesterday alone I laid everything out on the carpet.

Tu ne peux t’imaginer à quel point je te déteste. Je hais la manière avec laquelle tu es parvenu à prendre une place dans mes rêves. Je hais sentir mon cœur qui fond lorsque tu me regardes. Je déteste le contact de tes lèvres sur les miennes. Je déteste le bonheur qui m’étreint lorsque tu presses ton corps contre le mien. Tes baisers. Ton amour. Notre amour. Excuse-moi de te frapper de la sorte. Mais t’es bandant la bouche en sang. Je n’aurais jamais dû débarquer là. Jamais. C’était le voyage de trop. J’en peux plus, de toi. J’idolâtre notre destructrice romance. Quand tu me plaques contre le mur, lorsque tu émoustilles chacun de mes sens. La finesse de tes traits. La violence de tes embrassades. Trêve de plaisanteries, je ne suis pas une pédale. Je ne suis pas ta pédale. C’est fini, tu ne viendrais plus entre mes cuisses. Je veux me nicher au creux des reins d’une femme, caresser ses seins. Fumer une clope après l’acte, me barrer comme le connard que je suis. Et qui se respecte. Bien entendu. Plus jamais je ne finirais à quatre pattes sous tes assauts. Bordel, qu’est-ce que je t’aime. Mais c’est putain de difficile. J’veux pas finir comme ça. C’est pas possible de trouver du plaisir lorsque ton âme s’immisce dans la mienne. Tout cela respire de l’inconvenance. Je veux te voir recroquevillé. Le visage tuméfié. Vautré sur le sol. Tel que tu le mérites. Je ne veux plus jamais te voir. Je refuse que ton corps se dépose encore une fois entre le mien. Peu importe mon état. C’est décidé, cette fois, tu n’as plus le droit de me toucher. Ou alors, je ferais preuve d’animosité. Tu sais, je n’ose même pas imaginer ce qu’il pourrait nous arriver. Nous. Je refuse que ce « nous » existe. Surtout entre toi et moi. Cela n’aspire qu’à la stupidité. J’ignore ce à quoi tu t’attendais, mais retire tes sales pattes de mon corps nu. Tu ne m’auras plus. Plus jamais. M’entends-tu ? Tu ne pourras plus jamais profiter de mon corps comme tu l’as fait. Tu ne t’allongeras plus jamais contre mon être tout entier. Et je chasserais en moi chacun des morceaux de ton cœur que tu as réussi à enfoncer. Tu n’as qu’une mine explosée. Un obus éclaté. Mais je te jure, j’arriverais à m’en débarrasser. Et, un jour, je t’aurais entièrement oublié. Et alors, il sera encore plus simple de t’ignorer. Tu ne peux t’imaginer à quel point c’est difficile. A quel point t’imaginer là, enroulé dans ces draps, dans mes draps, rend la chose compliquée. Tu le sais déjà, mais sentir ton corps contre le mien est encore mieux que tout ce que je peux souhaiter. Ecouter ton cœur qui bat. Je ne parviens à admettre tant de monstruosité. Explique-moi ce qu’il s’est passé. La manière dont tu as, sans exagérer, réussi à m’entraîner. C’est comme si tu m’étouffais. Prisonnier de tes baisers.


⚓ the great escape.
PSEUDO/PRÉNOM › Bad.Blood, ou Anaïs.
PRÉSENTATION PERSONNELLE › Mmh … Que dire .. J’ai dix-sept ans, je vis en Bretagne, et j’ai suivi Cassandre (Emeline), ici. (On avait besoin de retrouver un forum et … Sail Away s’est présenté, comme ça.) Sinon, je crois que je suis assez timide, parfois, ça dépend, mais bon, voilà, quoi. Je ne suis pas méchante, ni rien, faut pas croire. o/
AVATAR › Rian Van Gend
MOT DE LA FIN › Nope, j’crois pas.


Dernière édition par B. Monroe Osborne le Dim 16 Mar - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 20:37

Bienvenue mon bébé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 20:41

bienvenue à toi I love you
je sens que votre intrigue promet tiens tongue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 20:44

MON ÂME SOEUR DE MUSIQUUUUUEEE.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 21:32

Vous avez l'air d'être un beau duo toi et Cass hate d'en lire plus I love you
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 21:58

Merci beaucoup !  

Eloy → GENRE GENRE GENRE TOI.         
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 22:01

DANS MES BRAAAAAAS.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 225
Date d'inscription : 30/10/2013
Pseudo :
Multicomptes :
Crédits : laurachou
Âge :
Adresse :
Occupation :
Réputation :


MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 22:01

Orla Wingo a écrit:
Vous avez l'air d'être un beau duo toi et Cass :cara:hate d'en lire plus I love you

Tout pareil  
Bienvenue sur le forum ! :)

Je ne sais pas si ta fiche est finie, mais en tous cas, j'ai beaucoup aimé lire tout ce qui y figure pour le moment, tu as une bien jolie plume.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lajetee.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 22:10

JE SUIS TOUT A TOI, ELOY.     

Merci, Rochelle.   Et oui, je pense que c'est terminé. Ravi que tu aies aimé, c'est gentil ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 225
Date d'inscription : 30/10/2013
Pseudo :
Multicomptes :
Crédits : laurachou
Âge :
Adresse :
Occupation :
Réputation :


MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Dim 16 Mar - 22:13

C'est parfait dans ce cas, tu es validé avec plaisir I love you Bon jeu parmi nous, je suis impatiente de vous lire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lajetee.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   Lun 17 Mar - 21:03

Merci beaucoup !   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: today I moved everything from the floor to the table in the dining room.   

Revenir en haut Aller en bas
 

today I moved everything from the floor to the table in the dining room.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la jetée :: AN AWESOME WAVE :: Fiches validées-